Accueil > Actualité Numérique > L’industrie des jeux explose dans la région MENA

L’industrie des jeux explose dans la région MENA



La région regroupant le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) est une des plus dynamiques au monde en ce qui concerne la progression de l’industrie du jeu. Quelle forme prend cette tendance et qu’est-ce que cela pourrait dire pour les économies des pays en question ?

Les pays du MENA se tournent vers les jeux

C’est une étude de YouGov qui a montré cette tendance à la fin de l’année 2020. Le livre blanc publié par l’entreprise a permis d’interroger 27 000 personnes issues de 24 pays, afin de dégager les grandes tendances des années à venir. Et la conclusion est sans appel : « L’industrie des jeux et de l’e-sport va probablement connaître un boom dans le futur. »

Fait notable, la majorité des joueurs de la région utilisent leurs téléphones mobiles ou tablettes, contrairement aux joueurs européens qui favorisent encore les PC gamers, comme le montre ce comparatif de Numeriguide.com. Cela s’explique par deux facteurs : d’une part la population relativement jeune de ces pays, de l’autre l’accès à Internet. Dans les pays d’Afrique du Nord comme l’Algérie ou la Tunisie, les réseaux mobiles 3G et 4G (et bientôt 5G) sont favorisés plutôt que les lignes fixes.

Quels sont les pays rassemblant le plus de joueurs ?

Alors quels sont les pays de la région MENA qui rassemblent le plus de joueurs ? L’Égypte arrive en tête, avec 68% de la population qui confirme jouer régulièrement à des jeux. Elle est suivie par les Émirats Arabes Unis, avec 65% de la population. En troisième position, on trouve l’Arabie Saoudite, dont 61% des habitants jouent régulièrement.

Fait notable, les personnes interrogées ne sont pas seulement joueuses, elles aiment aussi regarder les autres jouer. En Égypte, 15% des personnes interrogées regardent des livestreams sur Twitch, et 31% sur YouTube.

Le « casual gaming » en forte progression

Quand on regarde l’engagement, cette prédisposition pour les mobiles est également flagrante. En Égypte, 53% des personnes interrogées rapportent jouer à des jeux sur Facebook. Avec les jeux mobiles, ils rassemblent la majorité des jeux « casual », c’est-à-dire des jeux simples et rapides, qui sont calibrés pour les non-gamers. On trouve par exemple ceux qui sont développés par l’éditeur King.com. C’est une tendance que l’on retrouve ailleurs dans le monde, il n’est donc pas surprenant qu’elle soit aussi représentée pour les pays de la région MENA.

Par ailleurs, la tendance se voit au-delà des jeux « classiques ». Le domaine de l’iGaming est en plein essor dans la région MENA, avec des casinos en ligne et sites de paris sportifs qui sont de mieux en mieux représentés. Preuve en est faite avec un site comme Arabianbetting.com, qui recense les meilleurs sites de paris arabes en 2021. Les utilisateurs de la région MENA accèdent ainsi maintenant à des sites comme betObet ou IO Bet grâce aux applications mobiles pour parier sur des matchs de boxe ou de football, ou bien sur les courses de chameaux.

 

Une industrie qui commence à peser dans la balance

Preuve de cet engouement, les événements liés au jeu se multiplient eux aussi. En décembre 2020, l’Africa Games Week a eu lieu à Cape Town en Afrique du Sud. Cela a été l’occasion de discuter des spécificités africaines en ce qui concerne le développement de jeux, ainsi que des technologies « cross-platform », ces dernières étant cruciales pour une région qui favorise le gaming sur mobile. On notera aussi l’apparition progressive de studios de développement.

A Cap-Vert, on trouve ainsi maintenant Bonako Games, qui développe justement des jeux sur mobile. Les titres Fritch Fratch ou Gamboa War sont calibrés pour l’Afrique. Le financement des jeux mobiles « classiques » est en effet largement basé sur des paiements bancaires. Mais l’Afrique reste un continent peu bancarisé, ce qui peut rendre difficile le financement de jeux. C’est pourquoi le développement de studios locaux permet de trouver dès le départ des solutions qui incluent les moyens de paiement favorisés par les habitants d’Afrique, dont bien sûr les paiements mobiles.

 

Tout cela montre donc que l’industrie des jeux ne fait que commencer à émerger en 2021. Portée par une population adepte des dernières technologies, elle pourrait donc bien représenter une manne pour les pays du MENA dans les années à venir. On notera aussi que selon un rapport de GSMA, 70 milliards de dollars seront injectés dans l’infrastructure mobile de la région d’ici à 2025. Les fondations seront donc solides pour continuer à porter l’industrie des jeux.


Notez cet article :
L’industrie des jeux explose dans la région MENA 4.19/5 - 21 votes

Auteur : Mathilde


Commentaires :